Le pavé alcoolique

La soirée s’étire comme une vieille dame fatiguée, longuement et sans heurt. Embrassant d’un regard satisfait la salle vidée, le patron du soir écoute les deux comparses accoudés au comptoir.

_ Allez ! Un petit blanc et j’y vais.
_ Comment ça « un petit blanc » !? Tu viens de finir un rouge.
_ Oui, bin, je perd le foie. Le doute s’installe monsieur et je vire au blanc.
_ Arrête tes grandes phrases. Didier ! Sers lui un rouge ; c’est pour moi.

Figé dans une impassible attente Dider se dit qu’il se fait tard. Une certaine sympathie pour ces deux-là lui fend son visage tanné par le soleil d’un sourire éclatant large comme ça :
_ Alors les amis !? Qu’est-ce que je vous sers ?

Lire la suite →


Lire la suite