Le pavé alcoolique

La soirée s’étire comme une vieille dame fatiguée, longuement et sans heurt. Embrassant d’un regard satisfait la salle vidée, le patron du soir écoute les deux comparses accoudés au comptoir.

_ Allez ! Un petit blanc et j’y vais.
_ Comment ça « un petit blanc » !? Tu viens de finir un rouge.
_ Oui, bin, je perd le foie. Le doute s’installe monsieur et je vire au blanc.
_ Arrête tes grandes phrases. Didier ! Sers lui un rouge ; c’est pour moi.

Figé dans une impassible attente Dider se dit qu’il se fait tard. Une certaine sympathie pour ces deux-là lui fend son visage tanné par le soleil d’un sourire éclatant large comme ça :
_ Alors les amis !? Qu’est-ce que je vous sers ?

Lire la suite →


_ Deux blancs !
_ Tu nous joues donc la partition de la contrariété, avec les airs des contraires et des opposés.
_ Pas du tout ! Je joue la complémentarité. Rouge ET blanc ! Le pinard s’additionne, ça ne se soustrait pas ! Tiens regarde c’est comme le pavé là.
_ Le pavé !? Le pavement tu veux dire ?
_ Le pavé, le pavement.. le carrelage quoi.
Bref, si tu le regardes et que tu t’imagines que tu avances case par case… ce n’est pas possible d’avancer que sur des cases rouges, tu as beau faire des diagonales, il faut parfois que tu empreintes des cases blanches.
_ Jaunes les cases, pas blanches.
_ Oui bin le vin blanc il est plutôt jaune, quand il est blanc on appelle ça du lait.
Donc tu vois si tu restes sur les rouges tu t’enfermes, tu ne découvres pas de nouvelles cases, de nouveaux horizons.
_ Et si je décide de me balader sur le joint, j’accède à tout. Toi qu’es si malin, qu’est-ce que t’en dis ?
_ J’en dis que c’est comme une autre voie, vu qu’il est noir disons la voie du café.
_ Ca se tient.
_ Et le café permet de rester éveillé et d’éviter de sombrer dans l’alcoolisme, une forme de sagesse en quelque sorte.

Un imperturbable silence sort de derrière les spiritueux. Le nez pointé vers le sol, les deux habitués restent figés dans leur réflexion. Cette posture laisse à penser qu’ils s’adonnent à quelques activités spirituelles.

_ Pas mal, tu expliques ça bien.
Fais un pas de côté : c’est quoi ça ?
_ Une pièce incrustée, une plaisanterie insérée par le carreleur pour donner l’illusion d’un gain facile et rapide. Un mirroir aux alouettes, les gogos s’imaginent qu’ils pourront se payer le café sans effort !

La lourde porte pousse un meuglement las. Ayant savouré sa gitane, Dider rentre et s’enquiert :
_ Ils en sont où les blancs contre les rouges ?
_ Les blancs contre les rouges, ça me rappelle la Russie de 1917.
_ Une autre histoire… De quoi en écrire un pavé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.