De l’automatisation de l’installation et de la pré-configuration

Après la mise en bouche Lancer une installation via Grub, on reste sur sa faim. Pouvoir déclencher l’installateur à l’envi c’est bien, mais que l’installation se poursuivre automatiquement c’est mieux !
Sans entrer dans les détails techniques, j’étudie dans cet article les intérêts de l’automatisation de l’installation et de la pré-configuration. Même si j’effectuerai la mise en œuvre avec la preseed de Debian, j’essaierai d’être le plus général possible.

La pré-configuration permet de répondre aux questions posées lors de l’installation du système d’exploitation, et souvent d’y ajouter d’autres installations comme des logiciels. Le principe est simple : l’installateur lors de son processus va chercher un fichier de pré-configuration déposé dans une zone de stockage, et s’y réfère pour l’installation du système, des préférences et des logiciels.
Petit tour d’horizon des avantages et inconvénients de cette solution automatique qui répond à un besoin familial, de TPE, voire de PME.

Lire la suite …

Preseed

Toujours à jour

Quand on parle d’automatisation d’installation, on pense souvent à des solutions à images (snapshot pour les anglophones). Or celles-ci demandent un logiciel dédié qu’il faudra installer/administrer/maintenir, ce qui réclame des compétences sans doute absentes dans un structure famille/TPE/PME.
Un autre point de comparaison est dans le concept même, d’un côté l’image qui est fixe, de l’autre la pré-configuration qui induit une installation en dynamique. La grosse différence est là ! L’image que l’on déploie dans un cas est un instantané figé à un moment donné, alors que l’installation par pré-configuration ira chercher les packages dans leur dernière version. Une installation par pré-configuration sera toujours à jour.

Si d’aventure on souhaitait une installation d’un système ou d’un logiciel dans une ancienne version, il faudrait le spécifier. Ce qui n’est pas un gros sacrifice de souplesse dans un monde informatique regardant préférentiellement vers l’avenir.

Stockage ultra-léger

Pour clore la comparaison entre les deux solutions : leur stockage respectif.
Dans la solution ici exposée la partie qu’il faut conserver est un fichier de quelques octets. Un gros avantage quand on veut stocker plusieurs versions d’une même configuration voire plusieurs configurations.

A noter qu’avec un tel référentiel sur un serveur extérieur, en cas de crash disque d’une machine ou d’un sinistre plus général, il est possible de retrouver rapidement un/des système(s) pleinement exploitable(s).
Vu sa taille, il est même possible d’en avoir plusieurs copies sur des supports variés dans différents lieux, voire disponible sur internet.

Répétable et sans oubli

Qui n’a jamais passé des heures à, je cite, tout réinstaller ? Alors qu’on avait trois fois rien d’installé (je cite encore), on se rencontre que la liste était plus longue que prévue.
Avec un fichier de pré-configuration, aucune subtilité d’installation n’est omise puisque tout est là décrit vert sur noir.
Quelque soit le nombre de réinstallation, le résultat sera le même, vous êtes assurés d’un résultat sans aucun oubli.

Facilité de modification

Les ajouts/modifications/suppressions d’éléments de configuration sont simples puisqu’il suffit d’amender le fichier de pré-configuration. Aucun besoin de générer une nouvelle image à capter.
De même la lecture du fichier est relativement simple et permet de connaitre son résultat quelque soit l’archivage que l’on a adopté.

Possibilité de test

Qui n’a jamais déployé aux forceps une application indispensable d’après un collègue à la machine à café, qui plombe le système ? Il aurait été plus sage de tester son déploiement ailleurs que sur votre installation actuelle…

Avec une installation automatisée, une telle facilité de mise en œuvre permet de déployer une nouvelle configuration pour la tester. Ne serait-ce que pour vérifier les compatibilités de dépendances. L’exemple concret est d’ajouter une nouvelle application dans une nouvelle branche de version de votre pré-configuration, de tester le déploiement puis le résultat, pour enfin valider cette nouvelle mouture.
Cette méthode est bien plus fiable et sécurisante pour votre installation actuelle.

Le corolaire de l’introduction évoquant que l’installation sera toujours à jour, est qu’il est possible de tester une montée de version globale par un simple nouveau déploiement. Votre système n’est plus à jour certains logiciels non plus, et il faudrait tester tout ça !? Lancez donc la même installation en aparté de la première pour vérifier le résultat, voir si toutes ces améliorations sont bien compatibles.

Avantages :

  • Les installations sont répétables à l’envi et fiables (entendre sans oubli)
  • Pas besoin de logiciel dédié pour la manipulation des versions des configurations
  • Stockage ultra-léger pour une large prise en charge des versions
  • Les modifications sont aisées
  • Possibilités de tester aisément les nouvelles configurations
  • Les installations effectuées sont toujours à jour

Inconvénients :

  • Le temps d’installation est quasiment celui d’une installation manuelle.
  • On ne conserve les anciennes versions d’installations qu’en étant explicite dans les pré-configurations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *