L’amer domaine .io

Spoliation, déportation et intérêts américains seront la conclusion de ce court article, triste partition commençant sur un air geek.
De nombreux sites sont sous le domaine .io, et comme le relève wikipédia, il est populaire pour de nombreuses start-ups car c’est le sigle du fameux Input/Ouput. Mais derrière cette histoire du net se cache une ignoble page d’histoire !

Une rapide recherche nous révèle que ce domaine est le domaine national du Territoire britannique de l’océan Indien. Dans un premier élan, on découvre une histoire coloniale somme toute classique. Néanmoins, en creusant un peu plus, on découvre l’ignominie.

Certes l’histoire du Territoire britannique est policée, mais l’histoire de l’archipel en question l’est beaucoup moins ! L’archipel des Chagos, tel est son nom, a été vidé de ses habitants pour pouvoir installer une base militaire américaine, plantée tel un porte-avion géant en plein milieu de l’océan indien !

L‘article wikipédia est peu ou prou une traduction du World Factbook de la CIA :

Entre le 17 juillet 1966 et 1973, les Chagossiens, les habitants autochtones de l’archipel, sont intégralement déportés vers Maurice et les Seychelles.
Cette déportation est motivée par la construction d’une base militaire britannique et ouverte aux Américains. Autorisée le 30 décembre 1966, la base est ouverte le 1er octobre 1977 après le rachat de toutes les terres le 3 avril 19672.
C’est dans ce contexte que les Chagossiens se lancent à partir de 1998 dans une série de recours en justice à l’encontre du gouvernement britannique.
Finalement, les Chagossiens sont déboutés le 22 octobre 2008 lorsque la chambre des Lords, le dernier recours en appel dans le système judiciaire britannique, entérine la situation et ne laisse aucune possibilité de retour pour les Chagossiens.

Sources :
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/io.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Archipel_des_Chagos
rendez-vous avec X – Les Chagos ou les oubliés de la guerre froide

Syrie m’était contée

Comprendre le conflit syrien au travers du journanisme français est une gageure ! L’analyse faite est une somme d’approximations et de simplifications laborieuses semant un trouble malheureusement erroné. Pourtant, malgré un grand nombre d’acteurs, la situation n’est pas si complexe quand on s’y intéresse réellement

Je prends donc ici le temps de présenter simplement ce conflit en corrigeant les inepties véhiculées. Les deux points essentiels sont les acteurs majeurs et les racines du conflit.
Nous verrons que les deux grands acteurs ne sont pas la Russie et les Etats Unis, et que ce rôle incombe à l’Iran et l’Arabie Saoudite. De même nous verrons que si les printemps arabes sont bien l’étincelle mettant le feu aux poudres de la protestation, ils ne sont pas les racines de ce conflit qu’il faut aller chercher dans le bouleversement irakien.

Lire la suite →

Syrie
Lire la suite

Je râle donc je suis

Citation

« Apparemment négative puisqu’elle ne crée rien, la révolte est profondément positive puisqu’elle révèle ce qui, en l’homme, est toujours à défendre… L’histoire d’aujourd’hui, par ses contestations, nous force à dire que la révolte est l’une des dimensions essentielles de l’homme. Elle est notre réalité historique. A moins de fuir la réalité, il nous faut trouver en elle nos valeurs ».

Albert Camus – L’homme révolté

Une histoire de la loi

Le 10 mai dernier, a été diffusée le vingtième et dernier épisode d’une série appelée « une histoire de la loi » présentée sur les ondes de France Culture par Renaud Denoix de Saint Marc. Membre de l’Académie des sciences morales et politiques, ancien vice-président du Conseil d’Etat et membre du Conseil Constitutionnel, il nous expose une partie de l’histoire de la loi principalement au travers de l’expérience française dans cette radiodiffusion avec la clarté et la simplicité que je lui avais connu dans ce grand petit livre sur l’Etat (PUF, Que sais-je ?) dont je m’étais par le passé délecté. Outre ces caractères propres aux pédagogues, sa diction posée et détachée permet aux ignorants de mon espèce de suivre et de s’instruire.

En bref, une bien belle série qui fut pour moi un régal et que par ce billet je recommande chaudement.
Il est possible de réécouter ces opus sur le site de Un autre jour est possible voire de s’abonner à la baladodiffusion de l’émission.

Renaud Denoix de Saint Marc

A savoir que tel que France culture le permet, je partage à la suite les 20 émissions.

Lire la suite