Fruité à coeur

Un pépin ? Compile le noyau ! Fortement résumé, c’est le résultat de mes recherches quant à la mise en oeuvre de ma carte WiFi Intel 7260. Le fond de l’histoire est que le noyau linux utilisé dans la dernière version stable wheezy de Debian est un kernel 3.2.0, et que c’est vieux dans un monde qui va vite et alors que le dernier stable kernel est en 3.16.3…

Allez, c’est parti pour compiler le noyau dans la dernière version longterm à l’heure actuelle disponible 3.14.19. Autant le dire dès le début, aucun impact sur l’actuelle configuration, puisque vous pourrez via grub démarrer sur l’ancien et le nouveau noyaux. Et après tout, la méthode est assez aisée. Alors que de prime abord, on a l’impression d’un long couloir technique sans fin où tout peut arriver…

Couloir

Lire la suite

Installation de GitLab sur Debian

Le partage, un des maitres-mots du mouvement DevOps, commence par l’usage d’un référentiel (Repository pour les anglophones) communautaire. Il sert bien sûr pour partager des sources de codes que chacun pourra corriger et améliorer, mais il sert aussi au perfectionnement des configurations. La mise en commun des configurations, ce grand travail collectif précédemment abordé, permet une mise en lumière sur des besoins spécifiques, les dépendances de certains packages ou certaines versions de logiciels, ou encore certains paramétrages d’intergiciel (middleware pour les anglophones), ou les paramétrages des équipements réseaux. Quant une équipe mets en place un logiciel utilisant un port particulier autant qu’elle l’insère elle-même directement dans le fichier de configuration des plages de ports à ouvrir. A contrario de l’usage propriétaire où il faut opérer à une demande auprès de l’équipe réseau pour reprendre l’exemple, cette démarche de modification par tous -et pour tous- n’est possible que dans une dynamique communautaire.

Un des plus célèbres référentiels communautaires est GitHub.com, or pour différentes raisons, entre autre de confidentialité, il peut être interdit d’usage dans certaines sociétés (OVH : Pourquoi j’ai interdit GitHub ?). Il est donc intéressant de trouver une solution interne. Un de ces gestionnaires de référentiel Git est GitLab qui propose une Community Edition (CE) et une Enterprise Edition (EE), ainsi qu’une Continuous Integration qui sort de notre actuel sujet. Voyons dans cet article comment installer GitLab CE.

Lire la suite

L’apprenti sorcier

Ne maitrisant plus la situation, l’apprenti est dépassé par les événements. Le poème symphonique de Paul Dukas dont la création (première représentation) eu lieu le 18 mai 1897 à Paris, est bien connu. Sans doute plus grâce à une souris à 8 digits doigts, que par Der Zauberlehrling de Goethe.
Expérimentant l’automatisation d’installations, j’ai eu un geste malheureux. Sortez les violons… Mon disque est totalement nettoyé. Je dois tout réinstaller. Rien de bien sorcier.

Quand on bricole ses configurations, il est toujours important de sauvegarder ses données, vous le savez déjà vu le nombre de fois où vous l’avez lu, mais il est tout autant important de se préparer une petite clef USB de réinstallation sans les mains. Tout simplement parce que c’est si facile quand on a tout à disposition et si compliqué avec un disque vierge…
Afin d’éviter l’immobilisation perpétuelle d’une clef, je ne vais lui implanter l’installeur qu’à la demande. Et en démarche devops, j’ai créé un script qui fait le café, et cet article présente les grandes lignes d’une installation ex-nihilo à l’aide d’une simple clef USB, choix effectué en constatant que les lecteurs CD/DVD disparaissent des configurations matériel (qui a dit Raspberry ?). Ce simple passage en revue peut donner des idées ou des indications à tout un chacun.
Lire la suite

grub rescue>

Fichtre ! Ce n’est pas le résultat escompté. On procède parfois à tâtons, avec trop d’assurance ou à brûle-pourpoint à des aménagements ou des installations. On reboot, et là paf ! On se retrouve face à un grub rescue> qui nous regarde droit dans les yeux. Et un frisson de nous parcourir l’échine.

Il ne faut pas se leurrer, quand on se retrouve dans cette situation c’est qu’on l’a provoquée. Ce sont nos dernières actions d’administrateur système plus ou moins averti qui portent leur fruit pourri. Cet article présente quelques grandes lignes pour se sortir de ce mauvais pas, avec des vrais morceaux de pédagogie dedans.

Lire la suite

La petite graine

Pour automatiser ses installations Debian, il faut savoir concevoir sa petite graine, preseed pour les anglophones. Cet article est le premier volet d’une série où je vais décortiquer celle que j’utilise afin d’aider par l’exemple celles et ceux qui voudrait se lancer dans le planter de petite graine.
Comme je l’ai déjà abordé dans mon précédent article De l’automatisation de l’installation et de la pré-configuration, cette petite graine sera stockée sur un serveur web quelconque. Et donc ce site convient très bien, vous la trouverez ici.

Comme vous pouvez le constater, pour ce genre de sujet que l’on étudie que ponctuellement, j’ai pour habitude de placer dans le cartouche les liens vers la documentation (un pour navigateur et l’autre pour wget). Ensuite les chapitres sont rappelés en remarque pour chaque section, pour être plus efficace dans ma maintenance. Enfin, tant que c’est chaud, je préfère placer des options désactivées, quitte à les activer ultérieurement. Il sera toujours plus aisé à transformer un false en true que d’avoir à retrouver l’option.

Découvrons la plus en détails…

Lire la suite…

La nature en ville

Lire la suite

Gangue de WiFi

Le grain de sable du micrologiciel de la carte WiFi ! Durant mon installation de Debian sur mon portable, j’ai rencontré le grain de sable du micrologiciel (firmware pour les anglophones). Le constat est simple ma carte wifi n’est pas pleinement prise en charge par Debian, mais nécessite une installation manuelle d’un module paliant le pilote propriétaire. Et de me dire que ça peut faire l’objet d’un petit article.

Lors de l’installation, un écran m’a demandé si je voulais installer le micrologiciel disponible sur un quelconque support CD-rom, clef USB ou sur disque dur. J’ai décliné cette proposition en vue de l’installer par Ethernet. La stratégie est simple : modifier sa liste de sources pour prendre en compte les contrib non-free, installer le package contenant le firmware palliatif, et recharger le module.

Lire la suite

Lancer une installation via Grub

Installation d’une Debian en posant un noyau et l’image de l’installeur puis redémarrer son ordinateur. Simple comme apt-get. Revoyons la scène au ralenti. La méthode exposée ici est de vouloir lancer l’installation d’une nouvelle Debian au démarrage, et donc pour cela il faut mettre en place un noyau avec l’image de l’installeur, et bien entendu modifier le Grub comme il se doit.

L’intérêt d’une telle mise en place de l’installeur est de pouvoir installer ou réinstaller aussi souvent et aussi simplement que voulu des Debians. Après avoir installés et testés des packages dans tous les sens, besoin d’un tabula rasa ? d’une nouvelle Debian toute propre ? Pas de problème ! Avec cette mise en place et un peu de maitrise de ses volumes logiques, c’est tout simple.

La petite installation qui réveille le devops qui est en vous !

Lire la suite

Hobbit à la framboise

Monter le XBMC de son Raspberry à la nouvelle version 12 dite Frodo n’est pas une mince affaire pour les non-initiés. Comme le précise la FAQ officielle XBMC, Frodo (XBMC v12) n’est pas disponible dans les dépôts officiels Debian. Il va donc falloir bricoler avec l’aide de Cocooncrash alias Michael Gorven, déjà cité dans mon article Installation de XBMC sur Raspbian. Article auquel je renvoie pour celles et ceux qui veulent procéder à une première installation.

Pour les autres il suffit d’intégrer les dépôts mene, d’arrêter XBMC, de le supprimer proprement, de mettre à jour son aptitude, de procéder à une installation, puis de relancer. Et pour se faire procéder ainsi :
sudo vi /etc/apt/sources.list.d/mene.list
Ajouter : deb http://archive.mene.za.net/raspbian wheezy contrib
sudo apt-key adv --keyserver keyserver.ubuntu.com --recv-keys 5243CDED
sudo /etc/init.d/xbmc stop
sudo aptitude remove xbmc xbmc-bin -y
sudo aptitude update && sudo aptitude upgrade -y
sudo aptitude install xbmc xbmc-bin -y
sudo /etc/init.d/xbmc start
ps -fu xbmc --forest

XBMC_12.2

Et les photos de prendre l’air

Elles sont pourtant facile d’accès mais on ne les regarde que peu, ces fameuses photographies numériques. On se dit qu’on les regardera un jour, l’important est qu’elles soient là sous la main. On ne les regarde jamais et pourtant ce serait le drame si elles disparaissaient !
Pour ma part, elles sont stockées sur un NAS en raid 1, en clair, en redondance sur deux disques durs. Si l’un crame, il me reste l’autre. C’est une première garantie, certes mais qui ne protège pas d’un sinistre.

C’est pour parer à cette triste éventualité que j’ai procédé à la mise en place d’une synchronisation avec mon hébergeur extérieur.
Partant du principe que le seul moment où j’aurais besoin de ces fichiers ainsi sauvegardés serait un moment difficile, je voulais un résultat simple. Aucun cryptage, ni d’usage de silos de données (entendre un pool de fichiers compressés avec une indexation).

Cette installation à base de rsync est aussi propre que possible et mérite bien une petite mise en lumière ici.

Lire la suite…

Nadia Wicker @ Lense Party #13 Nadia Wicker @ Lense Party #13

Lire la suite

D’un Z qui z’est mieux

Dans mon article D’un Z qui veut dire Zabbix, je procédais à l’installation d’un zabbix avec des vrais morceaux de configure et de make. Avec un peu plus de recul, j’ai rencontré quelques points qui nécessitent des améliorations.

D’abord, j’ai omis l’installation de l’agent zabbix sur le serveur lui-même. Ensuite, j’ai décelé une petite faille de sécurité dans ma mise en place de la base de données MySql. Enfin, pour bien faire, un petit aménagement pour les historiques.
Voici donc un second volet pour parfaire cette installation de zabbix sur Raspbian.

Lire la suite …

chart

Lire la suite